Stacks Image 14
OFN HALBVEG FUN BENKSHAFT

À MI-CHEMIN DE LA NOSTALGIE
BORIS SANDLER
Stacks Image 102
BORIS SANDLER

Écrivain, journaliste et rédacteur en chef du Forverts (« En avant », le plus ancien journal yiddish de New York) Boris Sandler naît à Belz en 1950 (à l'époque en Union soviétique, aujourd'hui en Moldavie).  Dès son plus jeune âge, dans son foyer familial aussi bien que dans la rue il s'imprègne de la langue yiddish. Il étudie à l'École d'art de Kichinev puis devient violoniste dans l'orchestre symphonique national, partie de la philharmonie de Moldavie. Ses trois premiers récits paraissent en 1981 dans le périodique yiddish moscovite Sovetish heymland (Patrie soviétique). Son premier livre, Treplekh aroyf tsu a nes (Escalier vers un miracle), paraît en 1986. Boris Sandler émigre en Israël en 1992. Il adhère à l'Union des écrivains et journalistes yiddish et publie le journal pour enfant Kind-un-keyt (Petits et grands). En 1998 il devient le rédacteur en chef du Forverts.

Ses œuvres sont traduites en russe, anglais, français, hébreu, roumain, allemand.
LES REPRÉSENTATIONS

FRANCE

Paris - MCY
15, 16, 22 et 23 novembre 2014
30 et 31 mai 2015
9 janvier 2016

Strasbourg
23 juillet 2016

ÉTATS-UNIS

New York
17 juin 2015

BELGIQUE

Bruxelles
21 octobre 2015

DISTRIBUTION ARTISTIQUE
ET TECHNIQUE
Stacks Image 138
DISTRIBUTION ARTISTIQUE et TECHNIQUE

Un monologue de
BORIS SANDLER

avec

ANNICK PRIME-MARGULES
dans le rôle de Sarounyé

mise en scène
CHARLOTTE MESSER

illustration musicale
Sonia Wieder-Atherton

traduction du yiddish
Alexandre Messer

relecture
Évelyne Grumberg

sur-titrages, régie générale
Alexandre Messer

enregistrements
Maurice Latino
(Studios de Billancourt)

avec les voix de

Laurence Aptekier-Fisbein
Renée Kaluszynski
Natalia Krynicka
Alexandre Messer
Carl Pierer
À MI-CHEMIN DE LA NOSTALGIE

Après avoir vécu toute sa vie en Bessarabie soviétique, Sarunye, une femme âgée, immigre avec sa famille en Israël ; elle se retrouve seule car ses enfants sont partis construire leurs vies ailleurs, dans d’autres pays.

Une jeune femme vient pour l’interviewer dans le cadre du projet de Steven Spielberg – sauvegarder la mémoire des survivants de la Shoah. Cela va réveiller ses souvenirs : la guerre, le ghetto, le camp, mais aussi la solitude… 

Ce monologue est extrait de la nouvelle sous le même titre, parue dans le recueil « Royté shikhelekh far Reytchel »(Chaussures rouges pour Rachel).

Durée du spectacle : 50 minutes